Quel avenir pour les dauphins du Parc Astérix ?

Comme annoncé précédemment, le parc Astérix a pris la décision de fermer son delphinarium et donc de se séparer de ses dauphins et otaries. Cette décision survient fin Janvier, après 32 ans d’activité, alors même qu’une loi sur la maltraitance animale est en passe d’être adoptée. Mais quel sort réserve le parc pour ses animaux ? Quelle solution a été choisie et surtout, quelle solution aurait été préférable ?

Pas de retraite pour les dauphins du Parc Astérix. 

Tout d’abord, il faut savoir que les dauphins ont été séparés en plusieurs groupes et seront envoyés vers d’autres delphinariums européens.

Les deux premiers dauphins Guama et Cessol, deux mâles âgés, (dont un né libre et capturé en 1987 à l’âge de 5 ans) vont se voir transférés dans le parc zoologique Kolmarden Djurpark en Suède, dès le 23 Janvier… Une décision bien précipitée selon les différentes associations car le parc a annoncé la fermeture de son delphinarium le 24 Janvier. Qui plus est, les certificats présents sur les documents de transports des dauphins mentionnent que ces derniers sont transférés pour la reproduction. Nous pouvons également noter que ces certificats sont datés au 25 Novembre 2020, soit trois mois avant l’annonce du parc. Les dialogues avec les associations concernant les différents projets de sanctuaires n’étaient donc que factices ? Le delphinarium d’accueille a été inauguré en 1969 et environ 60 dauphins auraient déjà perdu la vie dans ses murs. Ce delphinarium a également la particularité d’être un établissement fermé où la seule source de lumière pour les dauphins est la lumière artificielle des projecteurs. Des conditions de vie atroces pour des animaux hautement sensibles. Enfin, selon One Voice, un des deux dauphins serait également le sujet d’un transfert supplémentaire vers un delphinarium allemand cette fois qui serait déjà apte à l’accueillir.

Un des deux dauphins arrivés en Suède

Photo : one-voice.fr

Trois autres dauphins, Bahia, Beauty et Beliz, seraient envoyés au Mundomar à Bénidorm en Espagne. Ce parc zoologique fait partie d’un ensemble de complexes hôteliers et parc à thèmes. Ce parc, comme 4 autres parcs en Espagne, propose à leurs clients de nager avec les dauphins et de les toucher. Le Mundomar s’est également tourné vers une supposée médecine appelée la delphinothérapie. Environ 2200 enfants, tous présentant une pathologie différente, auraient déjà participé à cette « thérapie » depuis son lancement. Ce parc rassemble à lui seul tous les aspects du désir humain de posséder, contrôler et exploiter la nature comme bon lui semble. En 2018, le delphinarium renfermait dans ses murs 11 dauphins, dont 5 auraient été capturés au large de Cuba. Le parc est d’ailleurs soupçonné d’avoir organisé un trafic avec l’île mais également de participer à des tentatives de captures au large du Sénégal selon le site Dauphinlbre.be. Aujourd’hui, 7 dauphins auraient déjà perdu la vie dans ses murs.

Enfin, deux dauphins, Baily et Aya, sont transférés à l’Océanografic de Valence également en Espagne. Il est le delphinarium le plus moderne d’Espagne car il a été inauguré en 2003. Actuellement 13 individus sont retenus captifs dont 10 ont été capturés. Le delphinarium ne s’arrête cependant pas aux dauphins car il compte également 2 belugas sauvages capturés dans les eaux russes. Rappelons que cette espèce est en voie de disparition. Le parc est aussi reconnu pour avoir favoriser la reproduction de leur femelle belugas à un âge bien trop précoce. Cette dernière n’a pas pu allaiter son bébé et le lait artificiel des soigneurs n’a pas suffi. Il est mort après 25 jours de survie uniquement.

L’ensemble des dauphins du parc Astérix a donc été séparé en trois groupes sociaux, la direction avance que ces groupes ont été choisis selon les affinités. Cependant, les dauphins sont des animaux hautement sensibles et sociaux. Capables de nouer des liens très forts, les dauphins du parc Astérix formaient un groupe soudé où chaque individu se connaissait. Cette séparation risque d’engendrer un haut niveau de stress et pourrait avoir des effets dramatiques sur la santé mentale des animaux.

Quelle autre solution possible pour les dauphins ?

La deuxième solution pour les animaux du parc Astérix était le transfert de ces derniers dans ce que l’on appelle des sanctuaires. Ces infrastructures sont des zones géographiques destinées à la sauvegarde des écosystèmes. Elles ont pour but d’atténuer l’impact de négatif de l’homme et du changement climatique. Elles pourraient donc s’apparenter aux réserves naturelles terrestres déjà présentes un peu partout sur la planète aujourd’hui. Dans ces zones, les espèces sont donc protégées de la surpêche, de la pollution, et de la perturbation de la vie marine de manière générale. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une crique ou d’une baie entièrement fermée selon des méthodes établies en amont qui sont donc inoffensives pour les espèces vivant à l’intérieur du sanctuaire mais également à l’extérieur. De nombreuses études sont réalisées par des vétérinaires, des biologistes, des scientifiques spécialisés afin de choisir le meilleur emplacement pour le sanctuaire. Les individus transférés dans ces infrastructures sont donc en semi-liberté car le contacte avec l’homme est réduit au minimum tout en assurant un suivi individuel dont ils ont besoin. Nous pouvons alors réellement compter sur ce genre d’infrastructures pour représenter une sorte de solution de repli pour les animaux ne pouvant être réhabilités dans leur milieu naturel. Avant la décision du parc Astérix, deux sanctuaires été en projet dont un été prêt à accueillir ses premiers résidents en 2021.

Le sanctuaire de Tarente en Italie.

Ce projet a été initié par le Jonian Dolphin Conservation et le Dolphin Project. Il bénéficie également du concours de Ric O’Barry. Ancien soigneur et dresseur de dauphins, il est actuellement un fervent militant pour leur protection et la fermeture de tous les delphinariums. Créateur de l’association Dolphin project qui a pour objectif de rééduquer des dauphins captifs à la vie sauvage. Depuis sa création, cette association étant responsable de 25 réhabilitations en milieu sauvages dans de nombreux pays. Le Taranto Dolphin Sanctuary a donc le même objectif que le Dolphin Project, faisant de lui le seul centre de réhabilitation de la zone méditerranéenne.

Richard O’Barry 

Photo : Blog-les-dauphins.com

Le sanctuaire de Lipsi en Grèce

Ce projet vient tout droit de l’Archipelagos Institute of Marine Conservation, association grecque qui lutte pour la fin de la captivité des cétacés. Comme tout autre sanctuaire, dans un premier temps il s’agira d’une solution de semi-libertés pour ses occupants. A terme, ce sanctuaire à l’ambition de ne devenir qu’une étape intermédiaire avant la remise en liberté des anciens animaux captifs. Cet objectif visant non seulement les cétacés comme les dauphins mais également de nombreuses autres espèces animales comme les tortues de mer ou encore les phoques. Ce projet se situe dans la mer Egée, dans la baie de Vroulia sur l’île de Lipsi. D’après les dires de la présidente de l’association « C’est Assez ! » qui est en lien avec le projet, le sanctuaire pourra ouvrir ses portes aux premiers occupants d’ici Juin 2021. Afin de finaliser ce projet une cagnotte à d’ailleurs été ouverte. Le sanctuaire a besoin de 100 000€ afin de finaliser la clinique vétérinaire, d’obtenir les dernières autorisations et enfin, d’acheter les derniers équipements de soins. La capacité d’accueille de ce sanctuaire s’élève à 10 individus mais pourrait évoluer en fonction de la stratégie qui sera adoptée sur le long terme

Ile de Lipsi en Grèce.

Photo : Dauphinlibre.be

Ce sanctuaire a proposé au parc Astérix d’accueillir l’ensemble de ses dauphins, solution non retenue par la direction du parc. Le sanctuaire s’engage à s’occuper des dauphins à vie, leur prodiguant des soins adaptés à chacun. Pour cela, la condition est que l’établissement qui y envoi ses dauphins mette à disposition les fonds nécessaires à cette prise en charge. Nous pouvons donc légitimement nous demander si le parc Astérix n’a pas refusé cette option pour des raisons purement économiques… 

Sources :

http://dauphins.parcasterix.fr/fermeture-du-delphinarium-du-parc-ast%C3%A9rix

https://www.cestassez.fr/

https://one-voice.fr/fr/blog/deux-dauphins-du-parc-asterix-cessol-et-guama-sont-deja-en-suede.html?fbclid=IwAR30GDyePtuzYOiJZCNiz9OfcALMk3MbOsE8lPBjEVpWl4MytCVT9fCZfws

https://seashepherd.fr/index.php/actu-editos/actualites/242-news-26012021-fr-01?fbclid=IwAR3mEjbsZGM2Eyl_s4ao3s3-A9r7XJpUffba-2lb7bweO2VGWbS9n7B93uY

https://www.futura-sciences.com/planete/personnalites/zoologie-richard-obarry-793/

https://www.geo.fr/environnement/lile-grecque-de-lipsi-accueille-le-premier-sanctuaire-pour-dauphins-sauves-des-zoos-196181

https://charliehebdo.fr/2021/02/ecologie/apres-la-captivite-la-captivite/

https://www.reseaucetaces.fr/2021/01/26/fermeture-du-delphinarium-du-parc-asterix-nos-inquietudes-sur-le-devenir-des-dauphins/?fbclid=IwAR3_wGeSXujhyBz5RwbrPyms8MO7BHh68GYgAy5T35n52DTMTGazP9Vp4Go
https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/oise/selon-one-voice-deux-dauphins-du-parc-asterix-sont-deja-au-delphinarium-kolmardens-en-suede-1925761.html

https://www.cestassez.fr/2020/06/italie-bientot-un-sanctuaire-pour-les.html

https://one-voice.fr/fr/blog/deux-dauphins-du-parc-asterix-cessol-et-guama-sont-deja-en-suede.html?fbclid=IwAR1b6Odzz3WKfnVugMb4tV0mgZv3PsdYSXvCiMLpI67QCuqE8FPaGfmPBGQ

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code